DANSER CANAL HISTORIQUE

« Au fil des torsions » de Lise Pauton

"La contorsion est un art du corps solidement encadré, aux figures symétriques et standardisés, et de surcroît un fief d'écoles mongoles et russes. Qu'est-ce qui peut donc conduire une jeune artiste française à s'approprier les codes d'une discipline, pour la réinventer de bout en bout ?......." Thomas Hahn

Article complet : CLIQUEZ ICI

 

 

BREVES STRADDA

" Au fil des Torsions "

 

 

" Difficile à pratiquer, dif cile aussi à regarder, la contorsion étonne ou dérange. Lise Pauton, jeune artiste formée à l’école de Châtellerault, relève le défi avec Au Fil des torsions, proposition étonnante de 35 minutes dont seule la résistance physique semble avoir limité la durée. Lovée sur un socle circulaire qui définit l’espace, elle est là, sous nos yeux, dans une présence tranquille. D’un point d’initiation déterminé, hanche, épaule, sternum, la question du chemin du mouvement dans le corps se pose à elle. « D’où ça part, par où ça passe, où ça va... ». Points  fixes et points mobiles se cherchent, le corps se déploie sans excès en laissant vibrer la matière. La modification corporelle se propage dans la lenteur d’un flux continu. La performance se fait oublier dans ce déploiement paisible du corps dans l’espace. De torsions en torsions inattendues, simultanées, ouvrant l’espace dans toutes les directions, la transformation s’opère comme une quête... jusqu’à la position finale debout. 

 

Art de l'intime. En s’écartant de l’imagerie d’un corps rompu, contraint, que l’empathie a tendance à rendre douloureux autant qu’exceptionnel, Lise Pauton réussit à nous faire entrer dans une sensation vivante ( vivable ? ) et apprivoise nos peurs. Le travail du son répond au travail du corps ; Philip Glass n’est pas loin dans cette composition aux boucles incessantes. Espace restreint – sobriété du son - mouvement continu, la contorsion devient un art de l’intime cherchant ses marques loin du spectaculaire... Un texte écrit spécialement pour ce solo par Frédéric Forte, membre de l’Oulipo, fait résonner ce corps embarqué sur le chemin des possibles. " Odile Cougoule

 

ARTICLE : ICI

 


LE CLOU DANS LA PLANCHE

"Le Cri du Coq!"


Amour ordinaire ?

 

" Dans un élixir subtil des charmes de l'art corporel, la performance naît d'un rassemblement d'expressions. Le visage, l'espace maîtrisé du mime, le regard d'un clown bien trouvé. Certes, la contorsion est époustouflante lorsqu'on entrevoit la montagne du travail souvent endolorissant du corps, mais la fluidité avec laquelle Lise nous met en tension évoque une maturité artistique profonde qui dépasse le tape à l'oeil pour intégrer cette discipline dans un propos dentelé....." Quentin Daniel

 

Article complet : CLIQUEZ ICI

BATTLE URBAINE

Au Fil des torsions
Cie Raie Manta – Lise Pauton
Arts du cirque – Contorsion


"La grâce dans la désarticulation.


Une bande son, un simple tapis rond au sol sur lequel la contorsionniste est déjà installée, dans lumière tamisée qui s’amplifie petit à petit. Nous découvrons une femme vêtue d’un simple juste au corps d’un rose discret. Elle évolue au ralenti avec une grande sensualité et prend son temps, au fil du texte que nous entendons. La musique un brin japonisante nous fait entrer dans un univers singulier. Parfois le regard de l’artiste semble s’adresser à nous, mais elle garde souvent les yeux fermés, ce qui laisse imaginer une extase provoquée par une forme de yoga bien difficile à faire chez soi. Bien que la volonté de cette création, de donner à voir un langage établi entre les mots et le corps, ne soit pas toujours évidente, le rythme dans lequel nous sommes tenus nous fait entrer dans une contemplation attentive.
Parfois, avec la contorsion, le corps est donné à voir de manière presque gênante et certaines postures pourraient passer pour évocatrices. Lise Pauton, avec sa technique impeccable et sa grâce, réussit cependant le défi de nous présenter une création de contorsion élégante."  Battle Urbaine

JOURNAL THEATRES UKRAINIENS DE LVIV

PRINTEMPS SUR VOS DEUX DEMEURES !  KH festival « Printemps français en Ukraine »

« Cri du Coq ! » de la RaieManta Compagnie 

" ... Il faut rendre hommage à Lise pour ses mouvements habiles et acrobatiques. Ils sont tels que parfois on a l’impression que ses jambes sont plus expressives que les paroles et sont en somme capables de raconter une histoire à elles seules, nous permettant d'apercevoir non pas une seule personne, mais bien deux personnages en une actrice." Khrystyna Khomenko

                                                                                                                                                                                                                                            Traduit de l'Ukrainien vers le français par Zabolotnya-Maaz Nadia                                                                                                                                                                          Traductrice-Interprète auprès du Tribunal de Grande Instance de Colmar (anglais, russe, ukrainien)


TCHORNOMORSKI NOVYNY / JOURNAL PUBLIC ET POLITIQUE D'ODESSA

Journal public et politique d’Odessa

Théâtre gestuel français : Un voyage du poulailler au centre de l’univers

Les graines de maïs à la place des étoiles, la scène à la place du ciel. Et c’est seulement une esquisse du spectacle « Cri du Coq ! » de la compagnie théâtrale française « La Raiemanta » ...

 

" Pendant une heure il y avait une seule actrice sur la scène du théâtre ukrainien -  Lise Pauton. Elle est française mais pour communiquer avec ses spectateurs ukrainiens elle utilisait un langage universel - celui du langage du corps : son spectacle se basait entièrement sur des éléments acrobatiques tels que l'équilibre ou encore la contorsion. De quoi s'agissait-il? À la fin de son spectacle Madame Lise est sortie vers son public et a annoncé avec un sourire : « Vous pouvez interpréter ce que vous venez de voir comme vous voulez. N'hésitez pas à donner libre cours à votre imagination !

Alors, essayons...

 

La scène d'ouverture du spectacle représente une  scène de la vie quotidienne d’une paysanne : la femme s’occupe de son poulailler en prêtant tout particulièrement attention à un coq, lequel, comme nous le comprenons, sera tué plus tard. Pourtant, elle hésite, elle a peur de commettre un tel geste. Cette hésitation est exprimée par des tortillements et des contorsions exquis. Ces tortillements et ces contorsions, ne nous rappellent-ils donc pas les contorsions et les agitations de notre conscience ?

La paysanne, se laissant emporter dans le tourbillon de sa propre danse, parsème la scène de milliers de graines, puis, elle se fige. Dans un silence complet et religieux elle balaye les graines alignées et forme un cercle à partir de celles-ci (qui représentent à la fois quelque chose d'infinie, d'absolu et de parfait) et y demeure dans la position d'un fœtus... Le coq pousse des cocoricos et reste en vie. Pouvons-nous conclure, qu’un homme qui refuse de tuer, monte très haut, allant jusqu'à s'élever et atteindre Dieu lui-même ?

Qui sait. Peut-être ceux qui ont déchiffrés ce scénario si bien dansé ont raison : la poule que l’actrice nous a montrée avec sa danse et son acrobatie n'est autre que le symbole d’une mère et du foyer familial et métaphoriquement peut être considérée comme une femme; la figurine du coq à son tour serait l'allégorie de l'homme... Donnez libre cours à votre imagination en regardant la photo !

...Le spectacle a été présenté dans le cadre du festival « Printemps français ». Le programme du festival propose également un cinéconcert des descendants du réalisateur des films muets Georges Méliès, un spectacle de danse « Tigre, tigre, la couleur purpurine », un concert d’orgue de Bernard Struber et un concert de Zaza Fournier qui auront lieu dans le jardin de la ville... Je me demande, qu’est-ce que les artistes français ont préparé pour les habitants d’Odessa." Olena MYLOSERDNA


                                                                                                                                                                                                                                           Traduit de l'Ukrainien vers le français par Zabolotnya-Maaz Nadia                                                                                                                                                                       Traductrice-Interprète auprès du Tribunal de Grande Instance de Colmar (anglais, russe, ukrainien)